L’UMPAJA

l’Unité Médico-Psychologique de l’Adolescent et du Jeune Adulte (UMPAJA) accueille les adolescents suicidaires pour des séjours-bilans d’environ trois semaines. Le programme thérapeutique proposé est identique pour les mineurs et les majeurs. Tout patient admis l’est de plein gré dans cette unité ouverte et s’engage à respecter les conditions du règlement intérieur remis sous la forme d’un livret aux patients et à leurs familles dès l’admission.

Chaque séjour débute par un isolement de 48 heures qui peut être prolongé selon avis médical, afin que la rupture agie par l’adolescent suicidaire soit institutionnellement reconnue et contenue. Les parents sont systématiquement reçus au cours de cet intervalle pour qu’ils ne vivent pas cette coupure comme une mise à l’écart et qu’ils s’impliquent dans le projet de soins.

Le séjour a les objectifs suivants :

(1) réaliser une évaluation approfondie de la crise suicidaire et initier l’amorce d’une prise en charge qui doit se poursuivre ultérieurement en institution spécialisée ou en ambulatoire ;

(2) offrir un temps de soins psychiques intensifs qui reste compatible avec les exigences de la vie scolaire et familiale.

La philosophie des soins repose sur la mise au travail psychique de l’adolescent à propos de sa souffrance, élaboration jusque-là court-circuitée par l’agir. Pour ce faire, le dispositif thérapeutique s’appuie sur différents plans de réalité qui comprennent l’aménagement matériel et architectural de l’unité, l’identification de temps spécifiques, l’approche pluridisciplinaire et la dynamique groupale.

Cet ensemble constitue un cadre institutionnel que nous supposons contenant, apaisant, structurant et favorable à l’ébauche d’une élaboration psychique. Il offre une pluralité d’interventions simultanées : modalités thérapeutiques et surfaces de projections permettant de réaliser des interfaces favorisant, pour le sujet en souffrance, l’expression de ses affects, de ses émotions et de ses sentiments.

Le regroupement d’adolescents suicidaires favorise des identifications et des projections qui, loin de rester centrées sur le symptôme, se concentrent plutôt sur les origines de la souffrance ressentie, ce qui permet la constitution d’une véritable dynamique de groupe.

Publicités